Alimentation saine, oui mais je craque! (partie 1)

Alimentation saine, oui mais je craque! (partie 1)

Il nous est tous arrivé au moins une fois dans notre vie de nous dire « J’aimerais manger mieux ! » « J’aimerais perdre du poids ! » « J’aimerais me mettre au sport » « J’aimerais… j’aimerais… j’aimerais… »

Tu vois de quel genre de moments je parle? Lève la main si tu as pensé à tes résolutions de Nouvel An passés et marque en commentaire ➡️🖐

Parfois même nous nous disons qu’il est difficile de changer de mode d’alimentation et de « s’y tenir », ou encore, qu’une alimentation saine n’est ni savoureuse, ni délectable et ne rime pas avec la promesse de passer une belle soirée.

Certaines personnes ont la sensation de devoir se forcer et de ne pas obtenir les résultats escomptés.

Si tu te retrouves dans ces quelques lignes, tu fais partie d’un grand pourcentage de la population qui a tenté un changement alimentaire et qui n’a pas eu le potentiel suffisant pour atteindre l’objectif visé ou du moins, pas dans la légèreté.

Introduction

Nous allons aborder ensemble aujourd’hui la thématique du changement de régime alimentaire et de ses conséquences collatérales qui nous mènent régulièrement à l’échec, la déception, la culpabilité et parfois la honte…

Il n’est pas question, dans cet article, de savoir comment manger, mais plutôt de percevoir sous un autre angle les contraintes internes et externes qu’implique un changement alimentaire (quel qu’il soit!), que ce soit pour devenir végétarien, manger « Fit your Macros », Paléo, Macrobiotique ou simplement pour adapter son alimentation en vue d’une perte/gain de poids. Tous ces modes alimentaires signifient un changement dans la composition de l’assiette et un changement de nos comportements et croyances qui vont, indéniablement, impliquer un changement environnemental et social.

Nous allons donc aborder les différentes résistances aux changements alimentaires par 3 thématiques qui sont, pour moi, essentielles à tous processus évolutifs.


  1. La conscience de nos propres résistances mentales ainsi que de nos croyances qui nous empêchent d’être en harmonie avec le changement.
  2. Le cadre social dans lequel nous vivons et son impact sur notre mental et donc sur notre motivation.
  3. La création d’un objectif concret, durable et stable basé sur un modèle de psychologie appliquée (PNL) qui nous permet d’être prêt et pleinement conscient de ce qu’implique le changement que l’on désire.

Les points qui seront abordés plus bas sont des éléments clés de tout changement que nous désirons instaurer dans notre vie. Leur portée va donc au-delà du seul thème de l’alimentation.

À la fin de cet article (au point 3) je vais vous dévoiler une technique ultime de création d’un objectif viable et dans lequel nous pouvons nous accomplir avec fierté et épanouissement.

Cet article ne se veut pas exhaustif car je ne peux pas prétendre résumer un sujet aussi complexe. Il est simplement né d’un désir de partager un début de réflexion qui m’a été inspiré par ma propre expérience, mes études en naturopathie et par les nombreuses personnes avec qui j’ai eu l’opportunité de travailler.
J’espère que votre réflexion suite à cette brève lecture vous apportera un regain de légèreté et de motivation quant à votre objectif alimentaire !

La thématique sera abordée sous plusieurs angles et sera donc composée d’une suite d’article que vous aurez l’occasion de découvrir progressivement.

Conscience

Il est vrai que, de par notre éducation et l’évolution du système de consommation, nous avons aujourd’hui une tendance à la dissonance cognitive et sommes, par conséquent, facilement attirés par une alimentation facile, rapide et transformée.

C’est quoi ça « dissonance cognitive »?

Pour faire simple : c’est le stress psychologique qu’expérimente une personne face à plusieurs valeurs, idées ou croyances qui sont contradictoires.

Prenons en exemple l’alimentation lorsque vous allez manger dans un fast food :

Tu te délectes du salé des frites servies sur ton plateau accompagnées d’un délicat hamburger (trempé dans l’huile, calorique à souhait et conservé depuis tellement longtemps que les vitamines, on verra ça plus tard !)

Les petites voix dans ton cerveau se mettent alors en communication :

  • L’une te disant ; « Tu aurais pu mettre le même montant pour manger dans un petit restaurant local proposant des légumes sautés et du poisson du lac. Nutrition au top ! Bonne graisse ! Faible cuisson, de quoi maintenir notre objectif !
  • L’autre te disant; « Mais tu as vu comme c’est bon!!! » (Oui, généralement, celle-là a beaucoup moins d’arguments. Mais elle tape fort 😂)

Le fait d’être balloté entre ce qui est bon à notre goût et ce qui est bon pour la santé nous fait plonger dans une dissonance cognitive qui nous empêche d’aborder la situation avec pleine conscience.

Mais alors, que faire ?

La première étape vers la résolution de ces incohérences personnelles, est déjà d’en prendre conscience et de ne pas être un extrémiste de l’alimentation.

Laissons vivre nos différentes valeurs afin qu’une certaine harmonie s’en dégage. À terme, certaines valeurs changent, mais là, ce n’est pas le but. Ton objectif c’est ton changement alimentaire.

Savoir associer nos actions aux bonnes valeurs et aux bons moments.

Exemple : Lorsque tu vas manger une bonne raclette cet hiver et durant les fêtes de Noël. L’objectif n’est alors pas la santé alimentaire, mais la santé sociale au travers d’une certaine culture que tu partages avec tes proches. Comme qui dirait « c’est la tradition ! »

Ce n’est pas laisser de côté son objectif, c’est savoir s’accorder de la flexibilité, élément primordial lorsque tu entames des transitions importantes.

Dans tous les cas, pour les personnes qui veulent se rassurer et (avoir) obtenir une régularité il existe le « Fit Your Macros » (un article à ce sujet suivra)

Cadre social

Beaucoup le confirmeront : changer, se transformer demande de la rigueur et de la motivation, mais l’un des plus grands barrages qui t’empêche d’être là où tu aimerais être, c’est ton entourage !

Même si cela part d’une intention positive, il y a des remarques, des interrogations, de l’insistance et même parfois des ricanements.

Tu l’auras compris dans le paragraphe précédent : Manger une bonne raclette et passer d’agréables fêtes de Noël se fait avec la famille et les amis les plus proches.

Lorsque tu es en mode titan de l’alimentation healthy et tu gères un lifestyle herculéen, entoure-toi des personnes qui te motivent et t’incitent à poursuivre ton objectif.

Un objectif « officiel » est une promesse de motivation

Lorsque nous désirons mettre en place un changement, il est bon de le dévoiler à son entourage proche. Cela nous donne une promesse à tenir, et pas seulement envers nous-mêmes.

Objectifs

Un objectif bien établi ne consiste pas seulement à se dire « Je veux maigrir!  ». Certes c’est déjà bien !

Un objectif est une redirection que l’on s’impose pour évoluer. Il y a donc toujours quelque chose de plus grand derrière qui nous incite à nous fixer d’autres décisions plus tard.

Il existe un modèle en PNL (Programmation Neuro-Linguistique) que nous appelons, le « modèle CARTE »

Pour bien comprendre : quand on cherche à se rediriger, on consulte une carte où l’on choisit le meilleur itinéraire pour aller d’un point A à un point B, n’est-ce pas ?

Pour faire même encore plus fort, on utilise un GPS ou Google maps, qui nous permet de savoir si ce chemin comporte trop de trafics ou de travaux !

Un objectif de vie, c’est pareil. On doit tenir compte des barrages potentiels, ce qui nous permet de bien nous préparer aux éventualités !

Pour constituer un modèle CARTE, il suffit de répondre à ces simples questions:

C comme « Contextualisé »

Où et quand souhaites-tu atteindre ton objectif et en lien avec quelle activité ?

De quoi as-tu besoin pour atteindre ton objectif ? Quelles sont tes qualités existantes qui te permettront d’atteindre facilement ton objectif ?

A comme « Affirmatif »

Avoir un énoncé de l’objectif affirmatif et positif.

Ceci favorise la focalisation positive de notre cerveau sur notre objectif. Notre objectif ne doit pas être négatif ou incertain.

Exemple : « Je perds 10 kg d’ici la fin de l’année ! »

Contre-exemple : « Je ne veux plus mes poignées d’amour bientôt, sûrement… ! »

Dans ce contre-exemple, la personne se focalise et visualise ses poignées d’amour et ne sait pas précisément quand elle peut espérer arriver à les perdre. Focaliser le cerveau sur un objectif positif permet de l’orienter dans une visualisation qui permet la motivation à long terme.

R comme « Responsabilisé »

Pour bien comprendre la responsabilisation d’un objectif, il suffit de se poser une simple question, « Est-ce que cela dépend entièrement de moi ? »

Si la réponse est « OUI ! », Alors vous êtes sur la bonne voie !

Si la réponse est « non », l’objectif n’est pas à jeter à la poubelle.

Que peux-tu faire pour atteindre ton objectif ?

Exemple : « À partir du mois prochain, j’ai un travail stable dans lequel je m’épanouis » Cela ne dépend pas que de moi. Encore faut-il qu’un patron daigne bien m’engager. Par contre, je peux mettre toutes les chances de mon côté en me posant la question suivante :

Qu’est-ce que je peux faire pour atteindre cet objectif ?
« Mettre à jour mon CV, finir ma formation, me préparer pour d’éventuels entretiens, etc… »

Quels problèmes peux-tu rencontrer? Comment vas-tu les résoudre?

Toutes ces questions vont permettre d’établir les problématiques à venir et de s’y préparer. En étant prêt, nous sommes toujours responsables car nous pouvons garder le contrôle sur notre objectif.

T comme « Testable »

Comment sauras-tu que tu as atteint ton objectif ?

Quel est le signe qui te fera dire « Ca y est ! J’y suis arrivé ! »

Ces questions permettent de ne pas se perdre dans un objectif en repoussant sans arrêt ses limites. Tu dois apprendre à être heureux d’atteindre un objectif, le fêter et fixer un second objectif par la suite.

En agissant de cette façon tu as la garantie d’être heureux, d’atteindre tes objectifs et de ne pas rentrer dans des schémas de frustrations et de culpabilisations.

E comme « Ecologique »

L’écologie d’un objectif est bonne à définir car elle nous permet d’évaluer si nous allons plus perdre que gagner.

Que vas-tu gagner à atteindre cet objectif ?

Que risques-tu de perdre en l’atteignant ?

Est-ce dangereux pour ta santé d’atteindre ton objectif ?

Dans quelles conditions cet objectif n’est pas désirable ?

Et si l’objectif n’est pas atteint… Que se passera-t-il ?

Il y a bien évidemment d’autres questions qui permettent d’établir un objectif bien plus précis, mais pour ce faire, je te conseille de faire appel à un coach qui te permettra de te poser les questions personnalisées dont tu as besoin pour définir et atteindre ton but.

La question bonus que je te conseille de te poser:

Quels points positifs as-tu atteint grâce à la réalisation de ton objectif premier?

Exemple : « Perdre du poids va me permettre de me sentir plus léger dans mon coeur, de mieux m’accepter et de pouvoir recommencer mes activités sportives en toute sérénité et en confiance!

Conclusions

Pour résumer, lorsque nous désirons établir un changement dans notre vie, nous devons :

  • Etablir une conscientisation de nos croyances et valeurs contradictoires.
  • Connaître quelles sont nos qualités/valeurs/croyances qui nous supportent dans notre objectif.
  • Il est bon pour la réalisation de son objectif de le dévoiler à des personnes proches, cela nous donnera consciemment un effet de promesse que nous souhaitons tenir envers eux.
  • Comprendre le cadre de vie dans lequel nous vivons qui nous enseigne quelle partie de notre environnement est favorable à notre changement et quelle partie tendrait à nous inciter à « faire du sur-place ».
  • Créer un objectif « CARTE » qui permet de se préparer correctement et d’apporter au fur et à mesure des jours qui passent, la joie et la satisfaction de la réussite.
  • Savoir que le succès se construit et se gagne jour après jour. Donc, chaque journée est une petite victoire! Sachez les apprécier dans leur plénitude.
  • Avoir une vision claire et positive d’un futur succès guide une action sereine, cohérente et flamboyante de motivation dans le moment présent. Notre futur se joue dans l’ici et maintenant. 

Posons la première brique de notre Moi de demain!

Rejoignez la communauté GreenAware!

En vous abonnant à notre newsletter ou à un de nos réseaux sociaux, vous aurez la possibilité de suivre notre évolution et d’être à jour sur nos derniers articles, conférences, formations, produits et promotions!

N’attendez plus!

  fa-instagram    fa-pinterest-square  

  fa-twitter-square    fa-facebook-square  

PS : Merci de laisser un avis ou un commentaire sous cet article pour m’aider à savoir si tu aimes ce genre de contenu et/ou me dire quel type de futur contenu tu souhaiterais voir apparaître sur le blog. 🙂 

Posted on 4 commentaires

4 thoughts on “Alimentation saine, oui mais je craque! (partie 1)

  1. Hello Tristan,

    Merci beaucoup pour ton article. Je me reconnais bien là dans ce thème qui est de plus en plus prévalent. Je pense en effet qu’il faut se fixer des objectifs atteignables et de s’entourer de personnes qui nous encouragent. Je suis convaincue qu’un travail sur moi -même m’aidera à me sentir mieux dans mon corps et dans ma tête!

    Merci et n’hésite pas à publier d’autres articles à ce sujet!

    Lisa

  2. Merci de ton Retour Lisa !
    Je suis content de te savoir concernée et que l’article a pu ouvrir des voies de réflexion 🙂

    Promis bientôt une suite 😉

  3. Coucou Tristan !
    Cet article a le mérite de nous déculpabiliser par rapport à tous les essais de régime ou de changement alimentaires essayés mais abandonnés en cours de route…
    J’ai bien aimé aussi la suggestion de la « Carte » inspirée de la PNL pour soutenir un changement dans le domaine hygiène de vie. À relire et travailler individuellement, bonne piste de travail pour moi.
    Merci pour tes réflexions !
    Valérie

  4. Coucou Valérie !
    Je suis vraiment ravi de savoir que l’article t’a plu et a pu ouvrir des portes 🙂

    Merci de ton retour, c’est précieux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*